lundi 29 juin 2015

Enjoy Coca-Cola !

Il y a des jours où vous n'avez qu'une envie, c'est de mettre un short et un t-shirt et rien de recherché.
Samedi était un de ces jours. Il faisait chaud, j'étais malade (oui, j'arrive à choper un rhume par 25° !) et je devais aller chercher mon dossard pour la Caraïbes Race au bois de Vincennes. Mon résumé de la course arrivera d'ailleurs très vite.
Mais, il ne s'agissait pas d'une simple course mais d'un jubilé à l'honneur de Muriel Hurtis (si tu ne sais pas qui c'est, je ne t'en veux pas, mais je t'invite à lire ceci >>). Il y avait beaucoup d'animations, beaucoup de champions, et surtout un concert. Ambiance festival du coup. Le short et le t-shirt = combo parfait pour la journée. Alors pourquoi chercher plus loin !






Tu la vois ma tête de malade là/petits yeux/Merci les lunettes/nez qui ressemble à rien ???

Short : Pimkie (vieux de 10 ans, au bas mot !)
T-shirt - Slip-on - lunettes : Primark

jeudi 25 juin 2015

Running : Retour sur La course des Princesses

Dimanche je prenais le départ de "La course des Princesses". 8km dans les jardins de Versailles. Ça m'a donné envie. J'ai hésité entre les 2 courses possibles, la mixte de 15km ou la féminine de 8km. Mais ne voulant pas trop forcer sur mon genou, je me suis alignée sur la 8km.


La course des Princesses est une course 100% féminine (en théorie). Pour jouer à fond la carte "château de Versailles", vous pouvez courir déguisées en princesse. Un diadème a même été offert dans le kit de course. Je ne suis pas très fan de ce genre d'ambiance (pourquoi une course 100% féminine ne dépasse presque jamais 8km ??? Merci Nike de prouver qu'une fille peut aussi avoir les tripes de courir plus !). Donc c'est uniquement pour la distance que j'ai choisi cette course, et non pas pour son folklore.
J'avais déjà repéré cette course pour son parcours qui me faisait envie, alors quand Running Heroes m'a offert un petit code promo, je n'ai pas résisté.

Avant la course :
L'organisation a été plutôt bonne. On pouvait retirer son kit de course à Porte de Châtillon, ce qui permet de ne pas aller jusqu'à Versailles, un bon point.
Après par contre, c'est une autre histoire. Aucune indication pour se rendre sur le village. Heureusement que je suis déjà allée dans les jardins du château, parce que sinon je me serais surement perdue. J'ai quand même bêtement pensé que le chemin entre la gare RER et le village serait moins long (environ 25min). Du coup j'étais un peu limite niveau temps.
Dans le village, rebelote. Aucune indication sur l'endroit pour déposer son sac, tu cherches, tu te débrouilles. Et comme c'est pile au moment où les 3/4 des coureurs de la course des 15km viennent chercher leurs sacs, c'est le grand bazar. Il y avait bien une consigne spéciale pour la course des princesses, mais si mal indiquée que pour la voir il fallait passer juste devant.


La course :
Pour la première fois de ma vie je suis arrivée à quelques minutes du départ. Du coup des milliers de filles étaient déjà dans le sas. Oui parce qu'il n'y avait que 2 SAS, -35min et +35min autant dire "les élites" et "les autres", "1% des coureuses" et "99% des coureuses".
J'étais loiiiin du départ, très loin... Et même malgré le départ en vague, j'ai slalomé et joué des coudes pendant plus de 4 kilomètres, soit la moitié de la course !

Impossible de courir à mon rythme, vas-y que je double, que je suis ralentie car je ne peux pas passer... Je passe la plupart du temps sur l'herbe, ce qui demande plus d'énergie. Malgré ça j'ai un bon chrono. J'ai beau rajouter quelques mètres à slalomer entre les coureuses, mon temps au kilomètre est hyper satisfaisant. Je me sens bien mais reste très frustrée de ne pas pouvoir faire ma course sans avoir à doubler constamment. Je rêve d'une voie spéciale, un peu comme sur l'autoroute. Surtout quand j'ai failli trébucher sur la traine de la reine des neiges... C'est un peu dangereux ce truc !
Le ravitaillement a lieu au 5ème kilomètre, je m'attendais à ce que ce soit un champ de bataille donc je fais gaffe, et c'est bien vu, certaines filles s'arrêtent d'un coup en plein milieu du chemin. Je suis heureuse de voir qu'il y a des quarts d'orange, rien que ça ça me booste.

Ensuite, j'ai enfin l’occasion de courir sans me soucier des filles devant moi, mais pas pour longtemps... Au 6ème kilomètre on se retrouve sur un mini chemin, avec 10 filles au mètre carré. Retour sur l'herbe obligé. Ça commence à m'agacer, surtout que le parcours n'est finalement pas extraordinaire. On court dans la partie des jardins ouvert au public, on croise d'ailleurs plusieurs sportifs venu faire leur jogging du dimanche, un peu perplexes de nous voir.
Quand arrive une montée, c'est à nouveau le bazar, des filles s'arrêtent net. Me revoilà sur l'herbe, je me croit presque dans un trail, à éviter les rondins de bois.
Malgré tout ça, au 7ème kilomètre je vois que je suis sous mon temps prévu et je donne le reste de mon énergie. Sauf que voilà une magnifique côte avec des pavés à 500m de l'arrivée. Je me dis que les organisateurs ne sont vraiment pas sympa mais ça ne me décourage pas et atteint l'arrivée en 43"41. Je visais avec espoir les 44 minutes. Bingo !

Je sais que j'ai perdu de précieuses secondes à slalomer ce qui fait que je suis encore plus ravie, surtout que le parcours est loin d'être facile.

Le ravitaillement est assez proche de l'arrivée, ça tombe bien j'ai soif... Mais c'est le gros bazar une fois de plus. Je suis un peu déçue, beaucoup à boire (eau, cola, Apurna) mais niveau solide, juste une barre de céréale et un mini bout de gruyère. Il est midi, j'ai faim moi !

En résumé, je suis mitigée sur cette course. Seul mon bon chrono rend cette course positive. Ce n'est vraiment pas une course faite pour battre son record mais pour s'amuser. Versailles étant à plus d'une heure de chez moi, je ne pense pas que je referais cette course, à moins d'essayer les 15km si celle-ci est mieux organisée.

Les + :
- Le parcours assez campagnard, bois, champs, dénivelé. On s'imagine loin de Paris. Ça me change des dernières courses courues.
- Très bonne ambiance, surtout pour passer un bon moment entre copines.

Les - :
- Le manque de vrais SAS
- Le manque d'indication et d'information sur le village
- Le parcours qui s'approche à peine du château, on l’aperçoit juste. Je trouve qu'on nous ment un peu à ce sujet. Je m'attendais à mieux.
- Le problème des 2 courses qui se croisent et rendent le village presque inaccessible.
- Très peu de public pour nous encourager, c'était assez désert.


Vous y étiez ? Comment s'est passé votre course ?

vendredi 19 juin 2015

Running : Retour sur les 10km de l'Équipe

Un deuxième dimanche de juin à se lever à 6h30, et ce n'est pas le dernier...
Je n'avais pas prévu de faire les 10km de l'Équipe, car j'avais déjà prévu 3 courses en juin dont la Nike Women Paris. Mais grâce à Running Heroes, j'ai pu avoir un dossard offert. Du coup, pas de grasse mat pour moi ce dimanche 14 juin. Finalement heureuse de faire cette course pour la première fois, cette course dite "la plus grande de Paris".
N'étant toujours pas au mieux de ma forme un mois après ma reprise, je ne me suis pas fixée d'objectif. Je me suis placée dans le SAS 55min, le rythme de mes entraînements post-blessure.


Avant la course :
Le village était installé sur la place République, coin que je connais bien. Tout était bien indiqué et bien organisé, du coup j'ai très vite récupéré mon kit de course. À la sortie du village il y avait une grande affiche avec le nom des participants (comme celui de Nike) "Retrouvez-vous parmi les 21 000 coureurs". Sauf que, impossible de trouver mon nom. J'ai beau chercher et refaire 3 fois mon alphabet dans ma tête (on ne sait jamais...), mon nom n'y figure pas... Surement parce que je me suis inscrite trop tard, mais bon c'est quand même un peu vexant.
Deuxième déception : Un petit cadeau dans le kit, un déodorant... Pour homme ! Le running devient de plus en plus féminin mais apparemment pas assez pour avoir des goodies mixtes (ou approprié au coureur).

Le jour J :
L'ouverture des sas et le départ étaient à heure décalée en fonction du sas choisi. Il m'était conseillé d'arriver à 9h10 dans mon sas. Je suis arrivée à 8h15 à République, le temps de passer à la consigne j'étais déjà en route pour le départ une minute après. Aucune attente, parfait. 900 mètres à faire avant de rejoindre le départ, ce qui fait que je suis dans les premières de mon sas. L'attente est assez longue. Le départ pour les élites est à 9h, le notre à 9h40. L'écart est assez long, peu d'ambiance dans les sas. On n'entend pas assez bien l'animateur pour prendre part aux échauffements, dommage.
9h30, tous les sas devant sont partis, on nous ouvre pour rejoindre la ligne de départ. C'est bien géré, du coup pas de bousculade pour passer devant. Je me retrouve entourée d'hommes, et je me dis que j'ai intérêt à faire gaffe au départ pour ne pas copier leur allure, surement plus rapide.
9h40, enfin le départ. J'ai la meneuse d'allure juste à côté de moi, parfait. Surtout que j'ai bien fait de ne pas suivre ces messieurs partis bien vite.

Débardeur Primark - Short H&M - Baskets Asics - Headband H&M

Les premiers kilomètres se passent biens, je suis légèrement devant la meneuse pour éviter le peloton qui la suit. Finalement malgré la meneuse, je cours plus vite qu'attendu. Mais comme je me sens bien, pourquoi ralentir, on verra après si je perd de l'énergie. Il faut dire que courir avec la vue de la Bastille devant, ça motive ! À la Bastille ! Ambiance 1789 :)
Au troisième kilomètre j'ai déjà soif, il ne fait pourtant pas très chaud. J'attends avec impatience le ravitaillement à mi-parcours. Mais d'abord, du faux-plats. Arf ma bête noire, je me dis que le prochain entrainement sera le dénivelé ! Finalement, je ne rame pas tant que ça. Je me surprends même à doubler pas mal de coureurs. Je n'étais vraiment pas en forme la semaine précédente. Je fini quand même par me faire dépasser par la meneuse et elle me prend plusieurs mètres d'avance.
Enfin le ravitaillement, et là je suis ravie, des bouteilles d'eau (et non des gobelets, bien plus pratique pour boire !), et des bananes ! Voilà un vrai ravitaillement. Merci !
Malheureusement, malgré mon bout de ma banane et mon eau, je perds un peu mon rythme et la meneuse continue de me distancer.
À partir de là, c'est la seule partie du parcours que je ne connais pas bien, du coup je me sens moins énergique. Je me fais dépasser par une dame avec un t-shirt orange fluo, ça m'a brulé la rétine... Ça devrait être interdit.
Les kilomètres 7 et 8 sont assez longs, on a le droit à un petit jet d'eau, pas désagréable avec ce temps ! En voyant le 9ème approcher je donne tout. Plus que 500m, mes jambes accélèrent toutes seules, aidées par la descente. Sprint final, je fonce, mon petit bonhomme devant, toi je vais te manger haha. Oui, c'est toujours une personne de plus derrière moi :) Soyons honnêtes, on le fait toutes ;)

Arrivée, 56"51 à ma montre, 56"49 temps réel. C'est loin de mon record, mais une fois de plus pour le peu d'entrainements fait suite à ma blessure, j'en suis satisfaite !
Quelques mètres plus loin, place aux médailles. On ne nous les donne pas, on nous les met, comme à des champions, grande classe !
Même pas 200 mètres à faire avant les ravitaillements... Et quels ravitaillements ! Eau, banane, barre de céréales, gâteaux apéritifs, bonbons, cake salé, coca... C'est un vrai buffet.

En bref, contente d'avoir fait cette course, avec un si joli parcours, ça aurait été dommage de ne pas y participer. Rendez-vous l'année prochaine pour sûr !


Les + :
- Le parcours : Rue de Rivoli, Bastille, Nation, République, le top !
- Les ravitaillements, sucré, salé, il y en avait pour tous les goûts.
- L'organisation. Presque aucun jeu de coude au départ, super rare.

Les - :
- Le déo pour homme ! Vive la féminisation du sport...


Vous y étiez ? Comment s'est passé votre course ?

samedi 13 juin 2015

J'ai osé le total look blanc

J'ai toujours aimé les total looks blanc sans jamais oser le porter. Surement la peur du côté trop "mariage" ou de finir tout en gris à la fin de la journée (vive Paris !). Mais avec ce magnifique soleil et ces températures estivales, j'ai eu envie de blanc, de frais, d'été ! J'ai sorti mon sac turquoise (bleu ? Vert ??...) pour un peu de couleur. J'adore comment il brille au soleil, j'aveugle tout le monde sur mon passage mais je m'en moque :)









Chemise : Etam
Jean : Pimkie
Sac : Arthur&Aston
Chaussures : Primark
Lunettes : Primark

Et vous tentée par le total look blanc ?

lundi 8 juin 2015

Running : Retour sur la Nike Women Paris

Dimanche je prenais le départ des 15km de la Nike Women Paris. Je n'avais aucun objectif de temps, vu qu'avec ma blessure en avril je n'ai pas vraiment eu de préparation. J'hésitais même à demander à m'aligner sur le 10. Mais j'ai persévéré. Même sans objectif j'espérais malgré tout tourner autour des 1h25. Mais malheureusement pour moi, j'ai attrapé un rhume la veille et ça m'a complément vidé de toute énergie. Je finis donc la course en 1h27, grosse frustration. Je suis quand même contente d'avoir fait ces 15km sans ressentir de douleur, me laissant ainsi l'espoir de faire un semi à la rentrée.


Petit retour sur cette 3ème édition de la Nike women :

Avant la course :
D'après les dires, il y a eu pas mal de problèmes au niveau de l'organisation. Déjà, les lieux de retrait. Seulement deux magasins possibles, les deux complètement à l'ouest de Paris (soit à l'opposé de chez moi). Donc presque 1h30 pour aller chercher le dossard, bon soit... J'ai eu la chance d'y aller en heure creuse, mais ça n'a pas été le cas de tout le monde. Résultat, des queues interminables !

Le gros problème étant la gestion des stocks. Lors de l'inscription, il était demandé de choisir son modèle et sa taille de t-shirt. Alors pourquoi se sont-ils retrouvé à court de t-shirt ? (Plus rien en dessous du L !). Surement parce qu'ils n'ont pas respecté le premier choix lors du retrait, et pour certaines filles c'était l'occasion de changer d'avis. Première arrivée, première servie !

T-shirt Nike - short H&M - Basket Nike Pegasus

Ma course :
Le départ était annoncé à 9h, mais il était conseillé d'arriver entre 7h et 7h30 pour éviter la foule aux consignes. Comme j'avais le pass membre Nike+, je pouvais bénéficier de la file spéciale. Je suis donc arrivée vers 7h45 m'attendant à faire la queue. Que nenni ! J'ai déposé mon sac en 1 minute chrono. Du coup, l'attente de l'ouverture des sas (8h30) a été longue, très longue. On attend à l'ombre, en courant d'air, pas bon pour mon rhume... Je suis arrivée trop tôt et je commence même à ressentir un manque d'énergie. Même mon bout de banane mangé en arrivant est digérée. Ça commence mal.

Pour se rendre sur le départ il faut passer devant un camp de sans-abris... Je suis un peu choquée et presque honteuse d'avoir cette chance de dépenser mon argent de cette façon quand d'autre dorment sur les quais... Avec les ravitaillements à 20 mètres d'eux. (Il semblerait que les restes leur ont été distribués, un bon point.) 

Les sas ouvrent pour s’échauffer, et j'ai l'impression qu'ils ne sont pas respectés.
Départ à 9h01, aucun retard, parfait ! Mais voilà, c'est du n'importe quoi, les filles n'ont pas respecté leur sas, du coup c'est slalom, ralentissement et jeu de coude jusqu'au 3ème kilomètre. À faire des zigzags, je me rends compte que je suis déjà en retard sur mon temps de passage.

Premier ravitaillement au 4ème kilomètre. Je me sens bien, j'ai presque envie de la sauter mais je me souviens que je risque d'en avoir besoin pour les prochains kilomètres. Grosse erreur ! Uniquement de l'eau et des fruits secs. Je hais les fruits secs... Mais je me force et prends une banane séchée. Sauf que j'ai déjà du mal à respirer par le nez à cause de mon rhume que me voilà la bouche prise par cette banane inmâchable. Je perds plus d'énergie que je n'en gagne. Heureusement au 5ème kilomètre, "animation" Sarenza (la seule ! Bon c'était annoncé comme une surprise, c'est juste des pancartes sympas et plein de bulles, pas folichon...) Mais bonne ambiance, ça me rebooste. Sauf, que je passe devant la machine à bulles et que je n'y vois plus rien ! Mais j'arrive à retrouver mon rythme et j'essaye de rattraper mon temps de passage. 

7ème kilomètre, nouveau ravitaillement. Un verre d'eau et je continue... Mais là grosse surprise, une montée. Juste après le ravitaillement, l'inverse aurait été plus logique. Là je ressens vraiment mon manque d'entraînement. Avec ma blessure le dénivelé était à éviter... Alors je rame, plus que d'habitude et reperds mon rythme.

8ème kilomètre... 9ème, grosse ambiance pour la fin du parcours 10km. Ça me permet de reprendre de l'énergie jusqu'aux 10km, où là Nike n'a pas été sympa. Non seulement on a encore 5km à faire, mais pour nous faciliter la tâche on a le droit à une nouvelle montée ! Mon nez devient ingérable, je suis obligée de me moucher. Ce qui n'est pas évident quand on a déjà du mal à respirer... Les kilomètres paraissent en faire le double, je suis frustrée de mon chrono et de ma perte de niveau suite à ma blessure. Je regrette presque ne pas avoir fait les 10km finalement. Mais je ne lâche rien, même au 13ème km avec une nouvelle montée interminable. Je ne sais plus comment j'arrive à courir, seule ma tête commande mes jambes d'avancer et j'ai l'impression que mes poumons sont sortis de mon corps... Ce qui m'énerve encore plus. Les montées avant je gérais ! Je ne pense qu'à une chose, Le RAVITAILLEMENT, je pourrais tuer pour un quart d'orange ! Raté, encore de l'eau et des fruits secs. Cette fois je ne me fait pas avoir, je ne prends que de l'eau. Tant pis, j'irai chercher de l'énergie dans mes entrailles...


Je suis soulagée de voir le 13ème kilomètre, ça me booste, et j'aperçois vite le 14ème kilomètre. Je ne pense plus à mon chrono mais au faite d'approcher de la fin sans avoir de douleur au genou. J'arrive donc à donner le reste de mon énergie sur ce kilomètre final. Un peu déçue de ne pas retrouver la même ambiance qu'aux derniers mètres du 10km. Alors quoi, nous on a pas le droit aux castagnettes et aux encouragements ???

Arrivée, 1h27, je suis frustrée, mais je veux tellement reprendre des forces que la seule chose qui m'intéresse c'est ce fichu ravitaillement. Encore une fois c'est le bordel ! Plus de 300m à faire, c'est encombré, il y a du monde, ça pousse de tous les côtés. Il faut presque faire la queue pour avoir une banane. Du jamais vu. Faut dire que certaines filles en profitent pour faire leurs courses de la semaine, vas-y que je te prends 5 barres de céréales fitness (oui elles sont bonnes mais ce n'est pas non plus open bar !!). Je savoure ma banane, une vraie banane ! Apparemment il y avait aussi des abricots... Vu leur gestion des stocks c'est vite devenu denrée rare. Dommage.

En résumé, entre mon rhume, mon manque de préparation et l'organisation qui laisse à désirer, j'en attendais beaucoup plus de cette course et de la part de Nike. Il y a même eu un problème de stock avec les médailles, et de nombreuses filles sont partis sans... Hallucinant. Mais ça reste quand même un plaisir :)



Les + :
- Le parcours et le village : Les quais, les jolies rues (malgré les montées hihi), le rooftop sur la cité de la mode, le traditionnel photobooth... C'est Nike et là ça se voit !
- Le t-shirt vraiment joli et réutilisable (si vous avez eu votre taille)
- La médaille, un joli collier. Ça change un peu et c'est joli.
- Le beau soleil, mais ça Nike ni est pour rien (enfin je crois... Qui sait ???!!)

Les - :
- L'organisation un peu limite vu le prix de 30€.
- Pas de "vrais" sas et un départ en une fois (le même pour le 10km et le 15km). Sur les 10km Paris centre, le départ était bien mieux géré.
- Le manque de choix aux ravitaillements. Oui je fais ma difficile, mais je sais que je ne suis pas la seule à ne pas aimer les fruits secs.
- Le manque d'animation. Uniquement sur le 5ème kilomètre. Pour les coureuses du 15km, une deuxième animation aurait été la bienvenue.
- Eau Contrex + barre de céréales Fitness, un peu cliché non ?!

Pour info : Si vous n'avez pas eu votre médaille, contactez Nike, ils s'occupent de remédier à ce problème !

Vous y étiez ? Comment s'est passé votre course ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...